fermer

Restauration de votre parquet

Les étapes pour restaurer un parquet existant


On parle de restauration quand on démonte les lames de parquet existantes, partiellement ou en totalité, afin de les nettoyer, les réparer, et redonner à la surface concernée cohérence, solidité et esthétique.

La restauration peut s'étendre au support du parquet, les lambourdes (photo de gauche) quand il s'agit de lames indépendantes, type pose droite (photo au centre), point de Hongrie, voire au plancher (support de type parquet déclassé destiné à offrir une surface de pose continue, donc plus importante) dans le cas de panneaux (photo de droite).

restauration pose droite restauration panneaux

La restauration n'est possible qu'avec des parquets massifs cloués sur lambourdes (ou platelage, ou plancher), ou posés flottants sur lit de sable ou de gravette recouvert d'un feutre bituminé.

Dans tous les cas, il s'agit de parquets dont l'épaisseur initiale est de 22 mm minimum.

Longtemps, la seule façon de fixer le parquet au sol a été l'usage de clous, avant l'avènement de colles spécifiques qui ont rendu possibles à peu près tous les types de poses, sur nombre de supports, pourvu que ceux-ci soient plans et cohérents.
Les lames étaient donc clouées, perpendiculairement à un support adapté, les lambourdes, pièces de bois espacées d'environ 40-45 cm, et qui assuraient en même temps un rôle de mini vide sanitaire propre à assurer la stabilité dimensionnelle des parquets.

Avec le temps (quelques dizaines, voire centaines d'années), le lambourdage a pu s'affaisser, les fibres tendres du parquet, qui lui conféraient sa souplesse se détériorer, son épaisseur diminuer suite aux divers ponçages…
Visuellement, la surface présente une planéité aléatoire, les lames de parquet plient sous des poids importants, l'ensemble de l'ouvrage reflète une fragilité de mauvais aloi.
C'est alors que le travail de restauration prend toute son utilité et sa cohérence.
D'abord d'un point de vue purement esthétique, car un parquet ancien, surtout restauré, aura toujours infiniment plus de cachet, de patine, sera toujours plus chargé d'histoire et d'émotion qu'un parquet neuf.
Certains parquets étaient là avant nous, ils le seront encore après .

Comment est restauré le parquet ?

Dans un premier temps, le parquet est démonté, les clous déposés des lames et/ou des lambourdes.
Ensuite, les lames sont nettoyées, numérotées individuellement, classées, emballées.
Ceci pour permettre leur repose ultérieure dans des conditions optimales.
Les lames irrémédiablement détériorées sont identifiées, et reproduites à l'identique.
Le lambourdage est ensuite inspecté, consolidé, remplacé si nécessaire (photo de gauche).
L'ajout de lambourdes intermédiaires afin de réduire l'entraxe responsable de la flexion d'un parquet très ancien étant souvent opportun.
La cohérence et la planéité du support étant rétablis, il convient ensuite de reposer le parquet d'origine (photo de droite), et de remplacer les lames manquantes (en général, celles-ci sont fabriquées sur place à mesure, soit avec du bois « d'époque », soit avec du bois récent qui sera « travaillé »).

parquet démonté parquet démonté repose restauration

Arrive enfin la dernière phase de la restauration, le ponçage général des parquets, suivi de la mise en teinte et en patine des lames neuves, afin qu'elles se fondent harmonieusement dans la globalité de l'ouvrage.

dernière étape restauration

In fine, la protection du parquet, cire ou vernis, terminera la sauvegarde du travail remarquable entrepris par mes prédécesseurs il y a tant d'années.

finition parquet protection parquet finition restauration